Producteur café Arabica

Quelle est la différence entre l'Arabica et le Robusta ?

Bienvenue au jeu des 69 Différences!

Lorsque l’on parle de café, on identifie facilement sa variété parmi les deux plus répandues, qui représentent l’essentiel de la production : l’Arabica et le Robusta.

Mais quelles sont les véritables différences entre un grain de café Arabica et un grain de café Robusta ?

L’Arabica

Il s’agit de l’espèce la plus cultivée au monde et fait du café arabica, le café le plus consommé au monde également.

L’arabica pousse en terrains montagneux et est cultivé entre 600 mètres et 2000 mètres d’altitude sur l’arbuste “Coffea Arabica”. Relativement frileux et délicat, il demande des températures entre 15°C et 24°C, un climat humide et beaucoup d’ombre. Ces conditions un peu particulières font qu’il est plus compliqué de cultiver du café arabica que du café robusta.

Un café Arabica sera : plus doux en bouche et présentera plus d’arômes qu’un café Robusta. De manière générale, le café Arabica contient également moins de caféine que le Robusta.

Cette variété, à elle seule, représente environ 70% de la production mondiale de café. Elle est notamment très répandue en Amérique Centrale ainsi qu’en Amérique du Sud.

Ainsi, cette boisson reste celle préférée des français !

Le Robusta

Ce café tire son nom de la robustesse de la plante. Le robusta, plus sauvage, résiste particulièrement bien aux maladies, insectes et conditions météorologiques difficiles. En plus de cela, on peut cultiver du café robusta à une altitude plus basse que l’arabica (entre 0 et 800m), sous un climat chaud (entre 24 et 30°C) et en plein soleil.

Tout comme l’arabica, le Robusta est originaire d’Afrique et, plus particulièrement, de la région qui s’étend de l’Ouganda jusqu’à la Guinée.

On estime que cette espèce représente environ 35% de la production mondiale de café.

Plus amer et plus corsé que l’arabica. Il présente moins d’arômes en bouche et, très souvent, est plus caféiné.

À vous d’expérimenter !
Si vous souhaitez à votre tour  tenter de comparer les deux espèces, nous vous invitons à découvrir notre nuance N°7 Salvador Tecapa Chinameca, fruité et sucré ce café est 100% arabica : Bourbon rouge, et de compléter votre dégustation avec un café 100% robusta.

Alors, en quelle variété de café vous êtes-vous retrouvés ?

 

Pépinière La Joya Verde Eduardo Salazar

© : Pépinière de La Joya Verde – Eduardo Salazar – Salvador Tecapa Chinameca


Cerises de café

Qu'est-ce qu'un café de spécialité ?

Charlie


69 Nuances de Cafés vous propose une immersion totale dans le monde du café de spécialité.

Origine ? Rareté ? Exclusivité ou encore récolte ? On vous dévoile tous les petits secrets cachés du café de spécialité.

Les amateurs en parlent aussi facilement que Mozart pouvait jouer de la musique. L’or noir qu’est le café de spécialité, regorge de spécificités que l’on souhaite rendre accessibles à tous.

Que se cache-t-il derrière le terme « café de spécialité » ?

Tout simplement : l’excellence !

L’appellation « café de spécialité » est pour le café ce que l’appellation « Grand Cru » est pour le vin (ou presque). Cette dénomination permet de différencier un excellent café d’un café plus standard. Importé dans les années 1980 en Europe, le terme « café de spécialité » venu tout droit des États-Unis, correspond à une définition bien précise, rédigée par la Specialty Coffee Association of America – SCAA :

 » Les cafés de spécialité (ou cafés gourmets) se définissent comme des boissons haut de gamme à base de café auxquelles le consommateur (dans un marché précis et à un temps donné) attribue une qualité unique, un goût et un caractère distincts et supérieurs comparés à une boisson ordinaire à base de café. Cette boisson est préparée en utilisant des grains de café vert cultivés dans des zones précises, et en répondant aux standards les plus exigeants en matière de production, de traitement, de torréfaction, de conservation et de préparation.”

Comment est attribuée la mention « café de spécialité » ?

Un certain nombre de critères permet de définir un café comme un café de spécialité.
→ Une note supérieure ou égale à 80/100 d’après son propre protocole de notation.

→  La traçabilité, de la ferme de caféiculteurs jusqu’à la tasse.

→  La SCAA construit ses analyses du café vert autour d’un échantillon de 350 grammes et classe les défauts en deux catégories : défauts de catégorie 1 (grain noir, corps étrangers, cerise sèche, etc.) et défauts de catégorie 2 (brisure, fève immature, coquille, etc.). Ainsi, un café sera dit “café de spécialité” s’il ne possède aucun défaut de catégorie 1 et d’un maximum de 5 défauts de catégorie 2. 

Production de café

Et enfin… comment reconnaître un vrai café de spécialité ?

À première gorgée, on pourrait dire que la saveur gustative exceptionnelle est l’unique critère qui permet de distinguer cette boisson d’excellence. Mais en réalité, toute la chaîne en amont qui permet à ce café d’arriver dans la tasse que vous avez déjà fini de boire, est à l’origine de la garantie de la rareté et de sa qualité :

Coup d’œil sur l’Origine : elle détermine le profil aromatique du café, précise les conditions de culture et permet de retrouver les informations nécessaires sur un lot en particulier.
Tout là-haut en Altitude : plus un caféier pousse à une altitude élevée, plus ses grains sont denses, ce qui promet un profil aromatique complexe. Notes : on peut parler d’altitude élevée à partir de 1200 – 1400 mètres.
Jamais sans sa Variété : « back to basic » avec l’Arabica. Si certaines variétés sont plus rares et qualitatives que d’autres, vous pourrez retrouver les plus répandues comme le Bourbon Rouge, le Typica ou encore le Catuaï (toutes faisant partie de la famille de l’Arabica).
La période de Récolte : connaître la date de récolte donne une idée de la période optimale de conservation d’un café, au-delà d’un an après la récolte, il est probable que le grain perde tous ses arômes ou une très grande partie en fonction des méthodes de conservation utilisées.
Le Traitement (process) : une fois récoltés, les grains sont séchés, soit avec la pulpe du fruit, soit seulement avec une partie de cette pulpe, soit sans rien après nettoyage mécanique ou par voie d’eau. En fonction du traitement utilisé, le profil aromatique du grain change.
Sans oublier les qualités de la torréfaction. Chaque torréfacteur a son style de torréfaction et chacun doit veiller à ne surtout pas gommer les notes aromatiques de son café en les remplaçant par de fortes notes de torréfaction… Là, est tout le savoir-faire du torréfacteur.

Vous voilà incollables sur le café de spécialité ! Allez, vous en reprenez un ?

Producteur de café - Burundi Rama

© : Belco –  Colombie Las Magaritas / Burundi Rama